Nous y voilà

Pourquoi ce blog ? Parce que le vide.

Salut à tou-te-s,

D’abord, merci de me lire, c’est cool (vraiment). N’hésitez pas à me parler aussi, j’aime bien ça.

Ensuite, petit point syntaxique : j’utilise généralement, dans la mesure du possible et sauf oublis, une écriture qui se veut inclusive. Ca veut dire que vous lirez « joueur-euse-s » souvent, voire « joueureuses » si j’ai la flemme, et que de nombreux petits tirets indiqueront la présence du féminin dans mes phrases. C’est une position militante certes, mais de bon sens aussi, car les hommes ne forment qu’au maximum la moitié de l’humanité, les femmes au moins autant, et qu’une minorité de personnes (dont je fais partie, quoique me genrant le plus souvent au féminin par habitude) ne trouve pas utile/souhaitable/honnête/etc. de choisir entre il et elle. Je dirais donc souvent « ielle » Ca peut paraître laborieux au début, mais ne vous inquiétez pas, on s’y fait ;).


Ca faisait un moment que j’avais envie de créer un blog : seulement, qu’y mettre ? Tâtonnements politiques, genre, poésie : heureusement, il y eut le GN pour réconcilier tout ça. Depuis ma rencontre avec ce vaste monde du jeu de rôle grandeur nature, en effet, je n’ai guère goûté d’en sortir – au point d’orienter jusqu’à mes études pour l’explorer.

D’abord étudiante en philosophie, je me suis trouvée taraudée par des questions d’éthique, de rapport à autrui, du contact avec l’altérité radicale de l’Autre, du lien entre morale et politique. Or, la philo elle-même était trop abstraite, trop vide du réel – le GN, lui, n’offre-t-il pas, pour quelques instants, l’opportunité de devenir autre ?

L’anthropologie, science de l’humain, est empirique, relationnelle : comme la philo, elle a les mains sales de son histoire, mais elle offre aujourd’hui des outils, des méthodes pour ôter la majuscule dont la philosophie affuble l’autre. C’est selon cette attente que j’ai donc choisi, non sans mal, l’anthropologie pour son ancrage relationnel et concret – afin d’arpenter cette intuition, qui est celle aussi de nombreux-ses GNistes : le GN est expérience de l’altérité.

Pourquoi ce blog, donc ? La réponse est peut-être simplement : parce que j’ai besoin d’un espace pour réfléchir en-dehors de ma tête.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s